Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre ». Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera ».
Alors les dieux mineurs répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans ».
Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface ».
Alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour ».
Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais la chercher ».
Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Mais récemment a été retrouvé un fragment de parchemin qui raconte la suite de l’histoire :

Si la part divine de l’homme n’agit que lorsqu’elle est visible, il en va différemment de sa part d’ombre qui elle, ne prend toute sa dimension qu’une fois cachée. Le maître des démons voulu mettre cela à profit et convoqua à son tour les démons mineurs en conseil pour savoir où cacher le coté maléfique de l’homme afin de le rendre actif.
« Enterrons la part d’ombre de l’homme dans la terre ». dit l’un des démons qui voulait s’accorder les faveurs du maître. Il fut alors réduit en cendres : « Non, celle-là d’autres y ont déjà pensé », dit le maître des démons.
« Cachons la au plus profond de lui-même». dit un autre. Le Maître répondit avec lassitude « La place est déjà bien remplie avec sa divinité », et il le fit se consumer sur place.
Alors le maître des démons dit : « Voici ce que nous ferons : nous cacherons la part d’ombre dans les règles qui relient l’homme aux autres hommes».
Depuis ce temps là, l’Homme qui cherche à redevenir un dieu, devient démon lorsqu’il rencontre d’autres hommes en oubliant d’être pleinement conscient.
Les démons précautionneux, prirent soin de déchirer la fin du parchemin pour que l’homme reste inconscient de sa part d’ombre et qu’ainsi elle puisse continuer de prospérer…

Source : blog de Jean-Michel Cornu – http://www.cornu.eu.org/news/la-fin-cachee-d-une-legende-hindoue

L’homme est doué d’intelligence, d’énergie créatrice et d’un libre arbitre, capable du bien et du mal selon qu’il se laisse guider par des pensées positives et nobles ou égoïstes et viles.
Dominé par la passion, la moitié de sa force créatrice est détournée pour la satisfaction des sens et empêche ainsi tout progrès spirituel.
L’énergie créatrice doit être tournée en haut et se dépenser de la manière suggérée par l’intelligence vers des fins altruistes.
L’homme est tel que ses pensées. Tout acte est l’aboutissement d’une pensée qui l’a précédé. Nous en sommes responsables. Elles ont une importance plus considérable que nos actes. C’est une force créatrice, c’est la source de l’activité humaine.
….. Ne pas utiliser la force créatrice à notre propre profit mais pour l’humanité à des fins généreuses. L’homme recouvrira alors ses pouvoirs supérieurs qui le fera naître au monde spirituel.

Un vieil Indien expliquait à son petit-fils que dans chaque être humain il y a deux loups qui se font une guerre sans merci.
Un loup représente la colère, la jalousie, l’orgueil, la peur et la honte ; l’autre est la douceur, la bienveillance, la gratitude, l’espoir, le sourire et l’amour.
Inquiet, le petit garçon demande :
« Quel loup est le plus fort, grand-père ? »
Et le vieil Indien lui répond :
« Celui à qui tu donnes à manger. »

-Merci à Anne-Marie Cutino de m’avoir autorisée à publier ces magnifiques histoires et les messages qu’elles nous délivrent.
N’hésitez pas à visiter son blog : Blog ASTRO passionnément vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *